L’Égypte, entre désert et mer

Un ancien poème égyptien dit « Nil, Nil, Nil, fleuve impétueux et tumultueux, tu es comme notre reine la source de la vie ! »

Ça y est, on est parti, l’Égypte nous attends ! Après de longs mois d’organisation et d’impatience, Rana nous reçoit enfin dans son pays. Le groupe se forme donc de Rana, Victor, Guillaume, Cecilia, Mayumi, Sara déjà sur place, et moi-même.

carte

L’aventure commence très tôt, à savoir lors de l’escale à Ryad (pour moi) et Djeddah (pour les autres). Étant à quelques jours du pèlerinage mythique de la Mecque, une horde de pratiquants  hurlent, dorment, poussent, et se bousculent dans le petit aéroport Saoudien. Le dépaysement se fait donc très vite. Je hurle, ils hurlent, nous hurlons de même.

L’arrivée au Caire n’est pas non plus de tout repos. Plus ou moins débarrassés de nos compatriotes (sur)excités, les bagages de Cecilia et Victor sont aux portés disparus. Ils n’ont pas dû lire chavoyage! S’ensuit la négociation du taxi. Nous découvrons une Rana coriace et déterminée ! Elle ne nous fera pas payer des prix de touristes, elle l’a juré sur la tombe de Toutankhamon. C’est donc fatigués que nous rejoignons la maison de la tante de Rana au Caire, aux alentours de 3 heures du matin. Nous hurlons toujours.

 Jour 1 : Le Caire

Au petit matin, nous sommes servis comme des rois chez la généreuse tante de Rana, May. Nous découvrons à la table du petit déjeuner nombre de mets que je ne pourrais nommer. Les égyptiens mangent salé le matin , et le pain accompagne chaque repas. La femme de ménage le confirme : « you are not Egyptian ». Indeed !

IMG_1878

Guillaume, Rana, Cecilia, moi, Mayumi et Victor

On rencontre en ce premier jour notre chauffeur privé qui nous accompagnera toute la semaine, nommé affectueusement « Sidi », ainsi que notre bolide, nommé « family tour » pour faire plus simple. Sidi nous mène donc aux Pyramides de Gizeh. On n’hésite pas une minute et nous chevauchons au plus vite de joyeux chameaux afin de vous donner cette mythique photo.

IMG_3621

On découvre les impressionnantes pyramides de Khéops, Khéphren et Mykérinos. Avis aux claustrophobes, ceci n’est pas pour vous, au risque que ce tombeau…soit votre tombeau ! On s’y sent vite très serré quoi. On apprend qu’une pyramide héberge un seul roi, et on ne comprend toujours pas comment elles ont pu être construites en à peine 25 ans. La pyramide de Kheops, la première Septième merveille du monde, est la seule à avoir survécu 4500 ans sans égratignures.

IMG_4011

IMG_3997

On enchaîne avec le musée afin d’admirer des pharaons empaillés, et nous sommes étonnés de constater que les égyptiens exposent des biens précieux âgés de milliers d’années comme on disposerait de ses paires de chaussettes. Dans le bordel quoi !

Car le Caire, lui aussi, est un immense bordel ! Il faut 1h30 pour faire quelques kilomètres dans la capitale bondée de l’Égypte. Je tombe tout de suite sous le charme de cette ville chaotique. On se balade dans le souk, et on est vite happés par les couleurs, l’amoncèlement d’objets, et les égyptiens curieux qui nous observent.

IMG_1185

IMG_4042

IMG_4026

IMG_4037

Le Caire

Le soir on quitte le chaos pour un dîner chic et hors du temps sur le Nil, en compagnie des amis de Rana. Ils nous font goûter à plein de mets, sans réellement y toucher eux-mêmes. Mais qu’ils sont bien élevés, ça nous fait presque bizarre autant de bienveillance !

Jour 2 : Voyage jusqu’à Charm-el-Cheikh

Levés tôt, nous récupérons Sara et prenons la route pour Charm-el-Cheikh. Située à à peine 5h du Caire, nous mettons néanmoins plus de 10h pour y accéder. La journée est rythmée par des check-points (et le voyage le sera aussi). Chadort beaucoup, mais le reste, malgré la petite nuit, est d’une énergie sans bornes. Et c’est dans la bonne humeur qu’on attend patiemment d’être escortés, presque tous les 20km, par des militaires ou policiers armés jusqu’aux dents. Bienvenue dans le Sinaï !

Sur la route, on réalise que pleins de constructions ont été laissées à l’abandon. La route est vide, et Sidi se meurt. Irrité, il souffle, gémit, nettoie avec irritation la trace de nos chaussures dans le camion. On découvre ainsi la ville vers 17h, qui nous rappelle étrangement Las Vegas à certains endroits. Bowling, karaoké, discothèques, il y a de tout à Charm ! On dort dans l’appartement de plongée des parents de Rana, dans la tiédeur de la nuit.

IMG_4047

Chez Rana à Charm

Jour 3 : Croisière dans la mer Rouge

Petit descriptif : Charm el-Cheikh est une ville balnéaire égyptienne nichée entre le désert de la péninsule du Sinaï et la mer Rouge. Elle est réputée pour ses plages de sable à l’abri des regards, ses eaux claires et ses récifs de corail. On embarque donc à bord d’un immense voilier, musique à fond, gars efféminés sur le ponton en moule-bites crazy, et on est partis ! OH. Entre snorkeling et plongée, on découvre de timides coraux dans la mer mouvementée. Vic et Cec prennent la pause sous l’eau en amoureux, tandis que Mayumi et moi attrapons un bon gros coup de soleil. On ne le sait pas encore, mais on ne bronzera jamais, petites natures que nous sommes.

32563464_10155208645786386_7013984286483152896_n

IMG_1257

La mer Rouge

Jour 4 : Basata et Wishwashi Lake

En ce quatrième jour, l’infatigable Rana nous annonce la suite du planning : on va à Basata eco-lodge, lieu typiquement local à 2h de Charm. Proche de Nuweiba, Basata Village est un havre de paix au milieu du désert. Ici, pas d’électricité ou de wifi. C’est un lieu 100% écologique créé par un ancien ingénieur soucieux de son environnement. De ses yeux bleus perçants, Sheriff nous raconte l’incroyable réussite de son « hôtel » où l’on peut louer des petites bâtisses en bambou et dormir auprès de la mer.

Il nous parle aussi de la pollution en Égypte versus France. Autant en Égypte la pollution est « visuelle » (on remarque énormément de déchets partout, sacs plastiques, bouteilles…), autant la France l’est 8 fois plus par ses centrales nucléaires.

IMG_4051

IMG_4072

IMG_4064

IMG_4070

Basata

Grand coup de cœur ! On repart faire du snorkeling, mais on est vite stoppés par des méduses violacées. Rana insiste : « C’est chill ! Je jouais avec quand j’étais petite ! ». Pas le temps de se poser, car on repart faire une « petite » balade dans les montagnes. Accompagnés par un père bédouin et son fils Abdallah dans leur  4×4, l’aventure continue.

IMG_5326

Notre petit guide âgé de 15 ans nous mène à travers monts et merveilles. Rapide et bavard, il se prend d’affection pour Victor. Selon Rana, le petit est brillant ! Moi je trouve surtout qu’il n’est pas très réaliste ; c’est pas une balade qu’on fait, mais une session d’escalade ! Après avoir grimpé une petite montée le cœur battant, on se retrouve coincés devant un plan d’eau. Pas le choix, il faut traverser en équilibre sur une échelle. Je meurs. La dernière étape consiste à reprendre l’échelle abandonnée sur le plan d’eau, la caler dans les roches, et une fois en haut de l’échelle, se hisser dans le trou à l’aide d’une corde. On se demande à ce moment-là si une assurance vie vient avec la petite activité ? Qu’ils n’hésitent pas à rendre cela plus évident !

IMG_4099

IMG_4156

IMG_4147

Sara

IMG_4121

Mais la gorge en vaut bien le détour. On se pose, happés par la beauté et le calme du lieu. Il n’y a pas un chat à Wishwashi Lake. On nous a déconseillé de nous baigner, le lac étant une toilette pour nombre de touristes, mais on profite du lieu. La descente n’étant pas de tout repos (relire presque tous les chavoyage), Guillaume se heurte le pied contre une roche, se cassant le petit doigt de pied. Cela tombe mal puisque les deux garçons, Sara et Rana, commencent l’ascension du Mont Sinaï ce soir-même aux alentours de 3h du matin !

IMG_4118

IMG_4097

IMG_4176

IMG_1282

Après avoir dégusté un thé sucré avec les bédouins, on reprend la route jusqu’à Basata. Le dîner nous permet de reprendre des forces et papoter avec des locaux venus passer la semaine dans le havre de paix. Alors que nous reprenons la route avec Cecilia et Mayumi pour notre hôtel à Nuweiba, les quatre autres aventuriers entament l’ascension du Mont Sinaï.

IMG_4182

Le Mont Sinaï, plus communément connu comme le Mont Moïse, puisque c’est là où Moïse rencontra Dieu pour la première fois dans la tradition biblique, est haut de 2285 mètres. Autant les 4 courageux le grimpent en moins de 2h, autant l’attente dans le froid les achève en haut. Leur guide, Sidi 3, est « cramé ». S’arrêtant à chaque palier fumer un petit remontant, il est plein d’énergie contradictoire. Mais la vue vaut bien l’effort !

IMG_3863

IMG_3864

Mont Sinaï

Ils nous rejoignent, épuisés, vers 11h du matin à Basata. Pendant ce temps, Mayumi, Cecilia et moi découvrons notre hôtel, immense et complètement vide, sauf pour une texane désespérée de se faire des amis. « Where ya’ll from ? ».

Jour 5 : Taba

En ce matin de tempête, on va à Taba, ville mythique pour sa localisation. Nous sommes à une centaine de mètres à pied de la frontière israélienne, tandis que la Jordanie nous fait face. L’hôtel, lui, est digne d’un resort Marmara. Peuplé d’Israéliens et d’Égyptiens ayant clairement profité des promos, la piscine est un lieu terriblement drôle. On se sent bien au Moyen-Orient ! Après une séance spa très méritée, on découvre le Fakir Show. Je meurs de rire devant l’énormité de la situation, le présentateur se transformant en casseur de verre. Il s’allonge sur le verre au rythme d’une musique dramatique, prenant les hommes « les plus gros » du public afin qu’ils l’écrasent.

IMG_4188

Taba

Fait plutôt symbolique, on marche le soir jusqu’à la frontière israélienne !

IMG_4194

La citadelle

Jour 6 : Sinaï Sud et retour à Charm-el-Cheikh

On repart en sens inverse ! Sur le chemin, on essaye de visiter la citadelle, mais le bateau est cassé. Bon. On prend l’initiative d’aller se baigner dans le Sinaï Sud, un petit paradis bleu. Mais il nous faut (encore) une autorisation. Une heure plus tard, Rana et Victor nous rejoignent avec le précieux sésame, et passé les déchets, on profite de la sérénité du lieu.

IMG_4200

IMG_4208

IMG_1339

Le soir même, on enjambe des quads et partons dans le désert (et sa tempête). La sensation est dingue, et les garçons jouent avec la patience du guide. Moi je me fais tranquillement guidée par Sara, tandis que Rana souffre le martyr sans lunettes. Mayumi se débrouille comme une chef, et tout le monde prend un malin plaisir à se doubler. Par la suite, on a le droit à un dîner traditionnel dans le désert, avec petit show un peu cheap. Il y a même un lanceur de feu ! Woo ! On profite une dernière fois des paysages désertiques, hors du commun et de notre quotidien.

IMG_4221

IMG_3945

IMG_4233

IMG_4243

IMG_1369

Bien que vide et abandonné, le désert du Sinaï est un lieu à part et hors du temps. Il mériterait une petite hausse de fréquentation et un petit coup de jeune, car les hôtels semblent désuets. On me souffle qu’il y a 10 ans, le Sinaï était à son apogée, lieu de luxure et de délices. L’installation au Nord des djihadistes aura eu raison de son succès, même si le Sud reste très sécurisé.

Jour 7 : Alexandrie

On termine le périple par la ville natale de Rana. On découvre qu’Alexandrie est très développée ! Stupéfaction après le Caire et le désert. Alexandrie a des airs de Marseille ; ville donnant sur la mer Méditerranée, elle est douce et bondée.

IMG_4255

IMG_4269

IMG_4276

IMG_4278

On rencontre les adorables parents de Rana, qui nous reçoivent dans leur jolie maison pleine d’animaux (il y a des flamands roses et des canards !) Après un copieux petit déjeuner, on va visiter la bibliothèque d’Alexandrie, et le musée Sadat. La bibliothèque dispose de la plus grande salle de lecture au monde, le rêve ! On va ensuite dans le beau parc de Montaza, où les maisonnettes donnant sur la mer sont en location pendant 20 ans, héréditaires de famille en famille. Le soir, on retrouve les meilleures amies de Rana dans un restaurant du vieux quartier d’Alexandrie, dégustant fruits de mer et mezzés.

IMG_4294

IMG_4288

Alexandrie

Jour 8 : Alexandrie et retour maison

On bronze à la piscine en ce dernier jour de repos bien mérité, et c’est tristes et décidés à revenir découvrir Louxor qu’on repart à Paris ! (et qu’on ré affronte l’enfer de Djeddah pour moi, et Ryad pour les autres).

IMG_4251

Rana et Omar

IMG_4246

Un grand merci à Rana pour ce voyage de dingue!

3 réflexions sur “L’Égypte, entre désert et mer

  1. J’adore ! Je n’aurais pas pu mieux raconté notre voyage!! Toujours si vivant et witty 😉 merci Cha pour ce beau récit et ces photos!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s