Une année à sillonner l’Europe

Ma belle Europe, tu m’avais manqué. Après quelques années éloignée de toi, j’ai décidé de revenir m’installer en ton cœur.

Voilà déjà un an et demi que je vis à Paris. C’est la proximité des villes françaises et pays qui entourent la capitale étoilée qui m’a permis d’assouvir mes désirs de voyages, afin de découvrir l’identité propre à chaque grande ville européenne. Après les grands espaces canadiens et les plages australiennes, place à l’Europe.

Bilan Parisien, un an plus tard

Je vais fêter ma première année de CDIènne. Malgré une adaptation nécessaire au business model français (réunionites à tout va, bises à gogo, râlage à souhait) je peux dire que je suis très satisfaite par ma vie fast and curious. Il ne sert à rien de comparer l’Australie ou le Canada à la France puisqu’il n’y a aucun rapport.  Oui, les gens sont plus chaleureux, gentils et positifs au Canada. On est moins stressés là-bas, les horaires sont clairement plus cool, et on donne sa chance à qui souhaite la saisir. Contrairement à Sydney et Montréal, il est aussi presque impossible de faire du sport facilement en ville, et les transports sont bondés et sales dans certains endroits, mais presque comme dans toutes les capitales.

Mais lorsqu’on quitte le cadre du travail, Paris est très complet. Comparé à un Londres gigantesque, Paris est plus petit. On peut aller d’un bout à l’autre en 35 minutes tout au plus. Les bars, les terrasses et l’architecture permettent de se prélasser à base de rosée et de fromage dans un cadre idyllique. La scène artistique est inépuisable. En un an, j’ai pu voir une dizaine de pièces innovantes, revisitées, humoristiques ou décalées. J’ai eu l’occasion de voir des one man show, mais aussi des DJ dans des parcs fleuris le long d’un hippodrome, sur une péniche le long de la Seine, ou dans des bars plus gentrifiés les uns que les autres. Paris c’est aussi la restauration et la découverte de pépites culinaires de façon quasi permanente. J’aime beaucoup le Sentier, source inépuisable de restaurateurs innovants et internationaux. Paris c’est aussi une carte postale au détour d’une rue, lors de la traversée d’un pont, ou le long d’un canal. Quand je pars en voyage et que je reviens, je suis toujours éblouie par l’esthétisme de la capitale.

fullsizeoutput_5aa3

J’ai donc pu profiter de la proximité de Paris avec le reste de l’Europe pour voyager facilement et à moindre coût. Un prochain article 100% France suivra (2020 sera l’année de la France pour chavoyage).

Bruxelles – novembre 2018/janvier 2019

Premier stop régulier puisque mon frère et ma sœur y vivent : Bruxelles.

Comment ne pas citer la Grand Place de Bruxelles, emblématique et sublimée la nuit par des jeux de lumière ? A mes yeux Bruxelles n’est pas une ville très esthétique ; j’ai toujours l’impression que le ciel va me tomber sur la tête, et que le gris va venir atteindre mon âme. Mais force est de constater que le belge est drôle, accueillant et ouvert d’esprit. Bruxelles c’est l’Europe, la vraie, un mélange de nationalités et d’ambiances diverses. On apprécie tout particulièrement les moules frites et les spec bowls locaux. La bière est me dit-on, délicieuse, et l’ambiance est toujours au rendez-vous dans les bars. Avec mes frères et sœurs comme guides, j’ai pu découvrir le rooftop du Musée des Instruments de Musique, ou encore le bar De Haus où on peut jeter des cacahuètes par terre. J’ai pu me balader au Bois de la Cambre, parc agréable, et marcher dans Sainte Catherine. Les loyers sont péniblement bas, et la qualité de vie très élevée. Et en 2h de train, on est à Paris !

IMG_3623

8LoojWrJQSmb09DEh9MAIQ

Utrecht/Amsterdam – novembre 2018/avril 2019

J’aime énormément les Pays-Bas, et j’ai pu découvrir lors d’une visite Utrecht, petite ville étudiante à proximité d’Amsterdam. Ce que j’aime par-dessus-tout, c’est le mode de vie local. Tout le monde est à vélo, et la ville regorge de petits cafés cosy où on peut déguster des sandwichs fait maison en lisant un livre. C’est surement à cause du Canada que j’aime la culture des cafés, et les Pays-Bas en sont les maîtres. Niveau esthétique, j’aime aussi les petits pavés et les nombreux ponts qui jonchent la ville d’Utrecht. Nommée capitale de la littérature européenne, on y sent une atmosphère à la fois intellectuelle et rebelle.

fullsizeoutput_6df7

p5ereNuiRRm2k5mx3bYung

gQVSG3rsSlumXD4LZb7IQg

Je connaissais déjà Amsterdam, et j’ai trouvé la capitale moins charmante lors de ma deuxième visite ; peut-être parce que j’étais logée en son cœur touristique, et que la débauche étudiante battait son plein. Néanmoins, avec ma famille nous avons été visiter la maison d’Ann Franck, visite bouleversante et essentielle je trouve, mais aussi le musée Van Gogh. On a pu se balader le long du marché des fleurs (plutôt des bourgeons !) et profiter des nombreux lieux bucoliques qu’offre la ville.

tuYeFncrTaCgbhnuTC+ELg

IMG_E5239

HBZanLHNRd2SpD3WCvZ2Hw

Venise – octobre 2018

Venise est loin d’être triste. A l’occasion d’un week-end en amoureux nous avons découvert un des lieux les plus étonnants d’Europe. Car vivre sur l’eau, entourée d’eau, et dans une ambiance de romance quasi permanente, c’est très dépaysant. On a décidé de tout faire à pied pour profiter des ponts et se perdre dans tous les coins de la ville, mais beaucoup choisissent de prendre les bateaux taxi (on s’est quand même fait l’entrée de nuit dans Venise en bateau privé, et ça c’était très James Bondesque aussi !) On a foulé la place Saint-Marc, pris une photo sur le pont de Rialto, et visité deux musées (le Guggenheim et le musée d’art moderne – surtout car il pleuvait des cordes). Notre coup de cœur inattendu fut le quartier juif, véritable coin avec une âme, hors des sentiers battus. Les seuls problèmes que nous avons eu à Venise furent de manger convenablement et se loger confortablement. Il faut beaucoup de moyens pour éviter les trous à rats poussiéreux et notre hôtel était malheureusement de cette catégorie !

IMG_4832

IMG_3461

Wroclaw- novembre 2018

Wroclaw est la 4e ville de Pologne. Ni la 2e, ni la 3e…c’est donc par le plus grand des hasards que j’ai jeté mon dévolu sur cette ville. C’est après avoir trouvé des billets à 20€ que j’ai lancé l’opération Pologne 2018 et réussi à embarquer 10 amis dans cette ville inconnue. Avec son look post-communiste un peu austère, Wroclaw nous a surpris à quelques égards. Globalement, ce n’est pas très fantasque même si on a repéré des quartiers avec de belles maisons près d’un parc. On a particulièrement apprécié sa place centrale très colorée, digne d’un Disney, mais aussi notre sortie forêt et découvertes au château de Ksiaz. On a pu voyager dans un autre temps, retraçant la vie des riches propriétaires de ce lieu enchanté, avant que la demeure ne soit prise d’assaut par Hitler et ses troupes. Notre seul regret, ne pas avoir pu visiter Auschwitz, situé à 1h30 de Wroclaw. Mais cela est un voyage à part entière et ça nous aurait probablement sapé le moral. Pour la nourriture, on repassera ! On a mangé des perrogies, spécialité locale, et testé la night life un peu abrupte des polonais (le polonais aime boire et barrer le passage en boite).

SB7essFnThyvugmafCtwEQ

IMG_4879

IMG_4868

Bristol- avril 2018

La ville mythique de la série Skins de mon enfance ne m’a pas déçue. Rendant visite à une amie faisant son Erasmus là-bas, j’ai pu avoir une visite complète et classique du mode de vie étudiant local. Typiquement british, portuaire et artistique, il y a de quoi plaire à tout le monde à Bristol. On y trouve des quartiers éclectiques où on peut retrouver les tags de Banksy, des charmants marchés où déjeuner sur les docks, des quartiers huppés avec tea places et boutiques edgy, et enfin un grand pont (The Clifton Suspension Bridge) donnant une vue verte et imprenable sur la ville. Sans être bondée comme Londres, et avec une université et une bibliothèque digne d’Harry Potter, j’encourage ceux qui le souhaitent à passer un week-end à Bristol. Moi j’ai adoré !

fullsizeoutput_5b41

IMG_1057

IMG_3981

Vienne – décembre 2018

J’ai passé quelques jours en décembre à Vienne en famille. Ça n’a pas forcément été le coup de cœur attendu. En effet, il faut aimer les musées, et prendre le temps de se replonger dans l’histoire de cette ville d’artistes, connue pour Wagner, Klimt et Zweig. Il faut s’imaginer à l’époque des compositeurs, et s’imprégner de l’ambiance intellectuelle des années 30. A Vienne, on profite des vieux cafés feutrés où l’on prend des chocolats chauds, on va à l’Opéra et on goute au Schnitzel local. Nous avons personnellement visité l’ancienne demeure de Freud (un peu décevant) et fait quelques musées, mais aussi assisté à l’école espagnole d’équitation de Vienne. On a surtout pris des Lime le long du Danube, et mangé dans un super japonais (là aussi on repassera niveau nourriture locale) !

IMG_4230

czNrU2++S3m+I0X56HiDpg

qyzLEvesSXuEPj+59KArVA

Marrakech (ce n’est pas l’Europe mais c’était dans la liste de l’année) – janvier 2019)

Afin d’échapper au froid hivernal de Paris, nous sommes partis avec quelques amis pour un séjour express à Marrakech. On s’est réservé un petit Riad tout à fait charmant, qui contenait 3 chambres et une élégante salle de bain, avec petit bassin d’eau. On était un peu loin du centre-ville, alors c’était un défi de négocier les taxis pour chaque sortie ! Véritable coup de foudre, la visite du musée Saint laurent et son jardin Majorelle. Des couleurs sublimes et des croquis du couturier qui nous replongent dans l’univers de la mode. On s’est aussi perdus dans le souk deux fois, on a mangé dans un café ultra occidentalisé et on s’est acheté des fausses Adidas. Je n’ai pas tout à fait apprécié la place Jemma el Fna car elle est très bondée et touristique, même si on peut y apercevoir les dresseurs de serpents et de singes ! J’ai vraiment aimé les ruelles, les couleurs chaudes, les tapis colorés, et le jardin « secret » sorte de palais richement décoré du XIXe siècle avec jardins islamiques traditionnels. Enfin, les prix pratiqués sont presque plus élevés qu’à Paris, car « Kech » n’est pas très orientale ou dépaysante au final, c’est même un peu bling bling !

fullsizeoutput_5aa0

jTFmBXziR1yqFBBP3eedlA

VYVBTXtPRdaj7fplLMEcuw

96VAsISKTz2t6WK0Xin5YQ

fullsizeoutput_5a9e

Lisbonne -mars 2019

Lisbonne est typiquement la « feel good city ». Colorée, chaleureuse, pas du tout chère, elle séduit sans vergogne les touristes qui foulent son sol. Très montagneuse, il faut régulièrement grimper sous la chaleur portugaise pour accéder à certains coins (comme notre auberge !) Mais il y a bien entendu la possibilité de prendre les funiculaires jaunes à la place des jolies marches pavées. J’ai dévoré un peu trop de pastel de nata tellement c’était bon, et découvert pas mal de rooftop où prendre des verres avec vues imprenables (le Park au-dessus d’un parking). Je recommande donc le barrio Alto pour ses petites rues, avec à la clé le brunch La Fabricaria, mais aussi un déjeuner au mercato da ribeira pour l’ambiance, et le quartier d’Alfama pour la culture et le château de San Jorge.

D6E486CC-C9FC-4D10-AA2A-DA381484E6BD

15D7CE2F-FD1E-45FD-A10D-5289E563403F

4wkyGjd8QOqMcMBwMBnVzA

Copenhague – mars 2019

S’il fallait que je choisisse une ville où m’installer, je choisirais Copenhague. A mes yeux, elle a toutes les qualités qu’il faut à une capitale. D’un côté une belle architecture avec de grands espaces, d’un autre, des lieux de vie propres et développés partout. Le port mythique de Nyhavn où souffle le vent nordique est sublime, et le quartier qui se trouve juste derrière est chic et doté de belles boutiques et cafés modernes. A chaque fois qu’on était au restaurant, on nous a servi des petites portions de nourriture très diverses dans une assiette colorée. Tout le monde se déplace à vélo, et grâce à ce mode de transport écologique, on peut aller d’un marché à un parc à la place de l’opéra en passant par des rues pavées via de belles pistes sécurisées. Le quartier de Christiana, anciennement peuplé par une communauté autogérée de squatteurs et de chômeurs, est devenu très touristique, et il y règne une atmosphère triste. C’est en effet le seul quartier où la vente de marijuana est légale. Le seul bémol de Copenhague : les prix ! Ça doit être une des villes européennes les plus chères d’Europe pour se nourrir et se loger.

IMG_E5144

xdXmfQ52S%WEfy6DWC8MYw

Bmd0iPDfTSKKpgPJAxDKsQ

5 réflexions sur “Une année à sillonner l’Europe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s