La traversée des Puys d’Auvergne

  • 854m / + 1856m
  • 57km en boucle moyenne

Si vous êtes comme moi, cette année particulière vous aura donné envie de découvrir de grands espaces, si possible à côté de chez vous, en France, et avec à la clé une randonnée. C’est donc tout naturellement en Auvergne, plus précisément sur la boucle de Sancy, que nous partons avec Paul à la découverte de paysages à couper le souffle, et ce à seulement 4H30 de Paris.

La particularité de ce voyage est que nous avions prévu de bivouaquer. Nous devions donc porter tout notre matériel sur nous. Après une razzia au décathlon de Blois, on se retrouve avec 15kg et 12kg chacun sur le dos. Pourtant nous prenons le strict minimum (1 tenue de jour, 1 tenue sèche pour le soir). Je décide de porter la nourriture et la popote afin de laisser à Paul le bonheur de porter notre toute nouvelle tente. Nous avions prévu d’être en semi-autonomie, c’est-à-dire qu’on portait les repas du soir et de quoi grignoter le long de la journée. L’idée était de s’arrêter à midi pour acheter un sandwich et remplir nos gourdes d’eau pour le soir. L’eau était un vrai sujet : il fallait s’assurer d’en avoir assez pour la journée mais aussi pour les dîners, et donc réfléchir à l’itinéraire en fonction des spots d’eau.

En route!

Jour 1 : Du Lac Chambon au Lac Pavin

En cette première journée, nous devons traverser Courbanges et Besse en Chandesse pour atteindre le Lac Pavin, le hot spot du coin. La journée démarre difficilement car nos sacs sont clairement trop lourds pour nous ; après de nombreux ajustements, on adopte un rythme gérable et on commence à avaler les kilomètres. Le sentier me rappelle le chemin de Compostelle ; on en est pas très loin, et on suit tout le long du voyage un GR, dont les traits rouges et blancs familiers guident nos pas. On passe de forêt en pâturages, de montées en descentes, et c’est tout naturellement qu’on s’octroie une pause soleil au joli village de Besse en fin de journée. Après la dégustation d’un bon fromage auvergnat, on presse le pas jusqu’à la forêt en lisière du lac pour planter notre tente. La pluie se met à tomber vers 19h, il faut donc s’abriter jusqu’au lendemain.

Première nuit en bivouac au coeur de la forêt

Jour 2 : Du Lac Pavin au Mont Dore en passant par le Puy de Sancy

Le Lac Pavin

En ce matin tranquille, la neige et la pluie nous réveillent. Ce n’est pas de tout repos de replier la tente dans ces conditions. On presse le pas jusqu’au lac, qui se découvre à nous au bout du chemin. On se croirait au Canada, l’ambiance est automnale en ce matin de mai, et on imagine sans problèmes ce que ça doit donner sous un grand soleil. Après une longue marche, le soleil pointe le bout de son nez pour la plus belle section de la journée : la montée du Puy de Chambourguet, avec vue sur le lac quand on se retourne. C’est sublime !

Un des plus beaux passages de la boucle de Sancy

Après être redescendus sur Super-Besse, on réalise que comme le jour d’avant, nous ne mangerons pas. La ville est pour ainsi dire morte, rien n’est ouvert, et on doit demander à l’unique boutique ouverte de remplir nos gourdes. On entame donc la montée du Sancy par une pente extrêmement raide qui longe les télésièges. Plus on avance et plus le vent, qui semblait gentillet en bas, redouble de force. Je commence à apercevoir de la neige en haut, et je réalise que l’arrivée n’est peut-être pas si proche que ça. Nos sacs sont lourds et nous déstabilisent dans l’ascension. Une fois arrivés en haut du Puy, je constate qu’il me sera tout bonnement impossible de passer de l’autre côté : le vent et le mur de neige ne me disent rien qui vaillent. Il faut donc redescendre et trouver une solution, car la nuit approche. On décide donc de rejoindre en taxi Mont Dore, qui se trouve à 7km du Puy, mais qui en le contournant demande 40min de voiture. On passe donc cette 2e nuit à l’hôtel, avec repas chaud et Koh Lanta à la télé. Aventuriers du dimanche quoi !

Jour 3 : De Mont Dore au Lac Chambon

Ça y est, c’est déjà le dernier jour ! On nous avait annoncé 4 jours de marche, mais avec la météo, on n’aura pas pu trainer. Il ne nous reste donc qu’une journée, et c’est ragaillardis par la nuit d’hôtel qu’on repart, cette fois-ci avec un sac à dos léger. Aujourd’hui nous devons découvrir une forêt et sa grande cascade, le Col de Cuzeau et le Puy des Crebasses avant de boucler la boucle jusqu’au lac Chambon du départ.

Au début, la pluie ne nous dérange pas, le temps est clairement mauvais, mais cela n’empêche pas les lieux d’être sympathiques. On commence l’ascension du Col de Cuzeau et le vent, qui jusque-là ne se faisait pas sentir, s’intensifie au point de rendre la marche très difficile. Balayés par le vent, les pieds inondés d’eau, les mains congelées, on pense pouvoir atteindre le haut et redescendre rapidement. C’était sans compter l’itinéraire du GR, qui longe des Puys à n’en plus finir, les contourne de haut en bas. La balade qui doit être très belle en été se transforme en cauchemar : le vent s’engouffre partout, notamment dans les creux entre deux Puys. On le voit au loin et on se prépare physiquement à se faire bousculer. A deux, on doit squatter vers le sol pour avancer et faire barrage au vent avec nos épaules…je n’ai jamais vécu une expérience aussi dure. Quand on arrive enfin en bas, on a l’impression d’avoir survécu à Irma ! On se réchauffe aux 500 Diables, restaurant gîte pas encore ouvert qui prend pitié de nous, et on termine la marche à vitesse grand V pour aller se réchauffer dans la voiture.

J’ai bien conscience qu’en écrivant ces mots je ne suis pas très vendeuse; l’Auvergne est cependant sublime et regorge de randonnées diversifiées et adaptées à tous les niveaux. Les Puys sont accessibles et dits d’un niveau « moyen à difficile ». Il faut juste vérifier la météo, car nous sommes en montagne, et le temps peut changer en un claquement de doigts !  Pour le bivouac, notre super matériel servira à d’autres occasions…avec des itinéraires de randonnée moins exigeants peut-être pour plus de plaisir, et avec une météo clémente nous permettant de profiter du coucher de soleil dehors.

2 réflexions sur “La traversée des Puys d’Auvergne

  1. Bravo Charlotte et Paul.
    Tu écris divinement bien et votre expérience semble très chouette. Les photos sont belles et donnent envie de connaître l’Auvergne. Merci pour ce moment de bonheur.
    À très bientôt pour de nouvelles aventures.
    Jean-Marc Pédezert

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s